06 08 54 23 54
Actions 2014

Au Bénin

 

Bibliothèque

pira

Inscription sur la bibliothèque

Inaugurée le 27 janvier 2012 par le CA Paul Ayaka, elle fonctionne grâce à l’engagement de Sylvestre Abili. Elle est ouverte deux jours par semaine. Sa fréquentation est principalement par les écoliers (80) et les enseignants (30). Leurs choix se portent essentiellement sur les livres scolaires, les ‘’anna brevet- anna bac’’, et les auteurs classiques. Une réunion a lieue avec le CA et quelques enseignants, pour les sensibiliser, de l’intérêt d’amener les jeunes à la lecture, et aussi de trouver une aide à Sylvestre afin d’offrir plus de jours, et d’heures d’ouverture.
Se pose la question de: comment payer l’électricité si les heures d’ouvertures se prolongent après 18h00. Ce point est du ressort
de l’arrondissement puisque nous insistons fortement sur le caractère communautaire de cette bibliothèque qui doit être
accessible à tous. Afin de dynamiser l’accès à la bibliothèque, pendant notre séjour, Michèle organise des après midi de dessin pour les enfants, et obtient un vif succès. Nous en profitons pour mettre en service la télévision expédiée en 2012, avec un lecteur de cassettes VHS, que nous complétons d’un lecteur DVD. Après un test, nous organisons des projections entre les coupures intempestives de courant. Ce poste de télé communautaire, est mis à la disposition des enseignants, ou autres, pour organiser des séances récréatives.
Le soir après les travaux des champs, la salle de lecture se mute en salle de classe pour des cours d’alphabétisation.
Afin que la bibliothèque puisse être visualisée par tous, nous faisons inscrire sur les façades principales :
’’BIBLIOTHEQUE DE PIRA, don de l’association Enfants du Monde Solidarité et du club Kagbo’’.

 

Ecole Adjigo

Les petits de l’école Adjigo

Les petits de l’école Adjigo

Depuis notre dernier séjour, nous sommes dans le flou concernant l’existence de cette école. La directrice, Noëlie est en formation car elle n’est pas diplômée pour diriger une école maternelle.
Elle a donc passée l’année scolaire 2012-2013 en cours et elle continue en 2013-2014 par un stage pratique. En attendant son retour, l’école est assurée par  Jean Marie AYEKONDE, instituteur, et compte une quarantaine d’enfants.
La reconnaissance officielle par le ministère de l’enseignement, est en cours de procédure. Notre passage est l’occasion de distribuer les jouets et autres fournitures envoyés dans le conteneur en 2012, et qui ont été bloqués, pour on ne sait quelle raison. Nous avons décidé de poursuivre notre appui pour l’alimentation des petits pour l’année 2013-2014, car ce
sont eux qui en ont la nécessité.

 

Lave-Mains

Lave mains à l'école maternelles

Lave mains à l’école maternelles

Sur les modèles communiqués par l’association, ‘’Formad Environnement’’, de,Jacou (34), nous faisons fabriquer par le soudeur de Pira, 10 lave- mains que nous attribuons aux établissements scolaires et au centre de santé.
Ils sont constitués d’un support en fer à béton soudé, de bidons récupérés et d’un robinet, complétés chacun, avec une cuvette pour récupération de l’eau de lavage.
Cet équipement s’inscrit dans la politique béninoise du lavage des mains obligatoire dans les écoles et fait suite à la journée
mondiale du lavage des mains qui se déroule le 15 octobre.

Latrines

pira4La situation sanitaire dans le village est désastreuse. Aucun assainissement, aucune disposition ne sont existants sur ce domaine sur ce territoire. Le père Alexis a pris les devants et a décidé de bâtir des latrines publiques. Il a réussi à collecter juste assez d’argent pour réaliser une fosse. Au vu du problème, nous décidons, sans attendre l’avis d’EMS, de pourvoir à la réalisation complète des ces Latrines.
Mr Mohamed ALIDOU, maçon à Pira, a suivi un stage, dispensé par l’association ‘’Eau et Assainissement pour l’Afrique’’ (EAA) à Savalou, et a acquis toutes les compétences pour réaliser cet ouvrage.
Après quelques confusions sur le démarrage du chantier, celuici est repris en main par Aimé Ogui. Il préconise une version
économique et adaptée au site, estimée à : 1 759 €

Suite aux plaintes des habitants, le CA Paul Ayaka, organise une réunion avec les chefs de quartier. Il décide de lancer un
programme de construction de latrines publiques, avec l’aide financière d’EMS, et surtout la participation des habitants eux mêmes, aptes à réaliser une part de l’ouvrage ; terrassement de la fosse, approvisionnement des agrégats.

Evaluation des micros-crédits :

Sous l’égide du CA, Paul Ayaka, et en présence de Sylvestre Abili, nous avons réalisé l’évaluation des résultats des micros
crédits octroyés en 2011 à trois groupements de femmes : Deux groupements ont remboursés leur prêt, et continuent leurs activités génératrices de revenus, en toute autonomie Le troisième a été grugé, et nous lui conseillons de régler son litige avec l’aide la police.

Michèle Hermant et Alain Cazenave
Responsables des projets Bénin

Au Sénégal

 

Au nord à Wassataké-Barobé
Au revoir Alassane, bienvenue Thioro.

reunion-parents-elevresDepuis plus 20 ans déjà, notre association EMS est présente à Wassétaké-Barobé dans cette région sub-sahararienne , dans ces villages contigüs situés au bord même du fleuve Sénégal. D’abord pour aider à la construction de leur Poste de Santé, puis
en apportant une aide en petit matériel et fournitures à chaque rentrée scolaire. Au fil du temps, le souhait des enseignants nous a incités à parrainer certains élèves accédant à la sixième.
Ainsi depuis plus de 10 ans, chaque année, deux d’entre eux, choisis par les Enseignants et le Comité des Parents d’Elèves, sont aidés financièrement dans leurs études jusqu’au Brevet, et au BAC pour les meilleurs.
Actuellement nous parrainons 16 garçons et filles, de la 6ème à la terminale. par le budget de notre association, pour un montant de 3200€.
potager-ecoleNous avons eu la joie d’avoir nos premiers bacheliers l’an dernier et nous espérons que beaucoup d’autres suivront.
L’élévation du niveau intellectuel et social qui en découle est le meilleur gage de développement des populations.
Il vient s’ajouter sans les renier, au savoir ancestral et aux coutumes pour faire évoluer un pays vers des échanges fructueux entre tous les Hommes. Merci à toute l’équipe d’enseignants et à Alassane qui a été pendant toutes ces années un enseignant dévoué et un lien avec EMS pour le bien des 370 enfants de cette école. Alassane ANNE, directeur de l’école de Barobé-Wassétaké, est appelé à d’autres tâches vers Fatick. Il laisse la place à la nouvelle directrice, Mme Thioro
DIABONG à qui nous souhaitons une bonne réussite et de beaux succès pour les enfants de son école de Wassétaké-Barobé.

 

Au Sénégal Oriental
À Salémata

vieux-foyerLe foyer-internat de Salémata, construit avec l’aide d’EMS, a pour but d’héberger des jeunes issus de la minorité ethnique Bassari dont l’habitat, très dispersé, est éloigné de l’établissement d’enseignement secondaire. Cette structure évite aux jeunes de longs déplacements journaliers qui sont vecteurs d’absentéisme et de mauvais résultats scolaires, car il faut savoir qu’après 10, voire 15km , matin et soir, les enfants fatigués sont tenus d’aider aux corvées familiales avant de faire leurs devoirs. L’accès à l’éducation est primordial pour que ce groupe ethnique puisse survivre.

Ce foyer électrifié, composé de 10 cases de 4 internes chacune, possède une salle d’études en dur, de sanitaires, de douches, d’un puits et d’un jardin potager que les élèves cultivent pour assurer un complément à l’alimentation (riz, sorgho, fonio…), subsistance que les familles sont tenues de fournir, mais qui varie en fonction de l’abondance des récoltes.

reunionUn couple de gardiens gère la cuisine commune à tous et l’entretient des lieux. Un jeune bachelier, Pata Bidia, est formé et rémunéré pour encadrer les jeunes pensionnaires sur le plan scolaire, administratif et de maintenir la cohésion du groupe. L’association Cauris de Dakar, maître d’oeuvre et gérante du foyer trouve, son budget de fonctionnement grâce aux parrainages de particuliers qui acceptent de prendre en charge un(e) élève pour la durée de sa scolarité soit 4 ans, jusqu’au Brevet.
Le nombre de marraines ou parrains est cependant insuffisant et le budget difficile à boucler chaque année.
Un parrainage coûte 65€ par trimestre , soit 0,73€ par jour, le prix d’une baguette de pain. Un geste de solidarité  »qui n’est peut être qu’un détail pour nous mais pour eux qui veut dire beaucoup » (Michel Berger) Si le coeur vous en dit, contactez-nous.
Merci.